LE PLUS. En ces temps d’hystérie identitaire, instrumentalisée par l’extrême droite ou ceux qui se soumettent à ses thèses, on en oublierait presque que le vrai sujet du jour est que la société française avance dans le sens d’une profonde sécularisation. Explication de notre chroniqueur, Niels Planel.

Paru le mois dernier, le rapport de l’Institut Montaigne intitulé « un islam français est possible » et rédigé par le normalien Hakim El Karoui a quelque peu défrayé la chronique, notamment en quantifiant et en mettant en relief les croyances d’une frange minoritaire parmi les musulmans français, celle attirée par un certain fondamentalisme.
Se fondant sur un échantillon large de Français (15.459 personnes) et un sous-échantillon de 1.029 individus de confession musulmane (874 d’entre eux se définissant comme musulmans), il s’est pourtant attaché à dépeindre avec soin le paysage de l’islam français dans son ensemble, et rappelle surtout que nos concitoyens aspirent en majorité à vivre leur religion tranquillement et dans l’amour de la République.

Lire la suite